anipassion.com
 :: Et à part ça ? :: Ils étaient parmi nous Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Convention Cosplay [FT Viktor] / Abandonné /

avatar
Cookie dough
Messages : 15
Cookies : 7
Date d'inscription : 19/12/2017
Age : 19
Localisation : Qui sait ?
Sam 23 Déc - 13:55

Syljen
Cydra

Andrzejtziack
Viktor

「 Convention Cosplay 」
Une petite fiole à moitié remplie c’est tout ce qu’il restait à la malade avant d’être à court d’antidote. Vêtue de sa robe de nuit noire, elle s’était couchée avec pour idée en tête d’escalader la montagne afin d’aller chercher la plante qui lui manquait à la confection de sa petite potion. Au premier cri du coq, la magicienne sursauta de son lit, fila comme le vent pour prendre son petit-déjeuner et couru prendre un bon bain d’eau chaude afin de se relaxée avant son petit voyage. La plus petite et la plus jeune Lieutenant du Royaume s’était habillée comme d’habitude, enfilant son haut et son bas plus que suggestifs, un collant bleu foncé à la jambe droite et un manche au bras gauche du même tissu et de la même couleur que son collant. Au-dessus de ses vêtements moulants, elle ajoutait différents bijoux dorés et finit sa tenue par un grand collier qui se terminait en une pierre précieuse rouge. Habillée richement et de façon extravagante, l’on ne soupçonnait pas la jeune Cydra de faire partie de la Garde Royale vu qu’elle refusait de porter l’uniforme qui allait avec le rang.


Coiffée de deux couettes attachées grâce à deux petits rubans noirs, la Magicienne secouait doucement et discrètement sa tête alors qu’elle fredonnait avec tendresse l’air d’une petite berceuse que lui chantait sa mère avant de mourir. Aussi souriante que nostalgique, elle descendait le quartier riche en saluant les personnes qu’elle connaissait, puis l’apprentie sorcière tourna afin d’emprunter le chemin du quartier des commerces. Observant une kyrielle de stands, un crieur attirait l’attention de la beauté ensorcelée qui salua le marchand en le gratifiant d’un sourire discret. « Bonjour. » dit-elle d’une voix faible et timide. Cydra connaissait presque tout le monde chez les plus nobles de la cité tandis que les parties inférieurs lui étaient inconnues, ce qui créait en elle un sentiment de malaise comme si d’un coup, d’un quartier à l’autre elle n’était plus chez elle, comme si d’un quartier à l’autre elle passait d’honorable citoyenne à étrangère.


L’homme barbu haut perché sur une botte de pailles s’inclinait en faisant une révérence maladroite à la Noble Damoiselle dont il avait le grand honneur d’accueillir dans sa modeste échoppe. De sa grosse voix de crieur des rues, le marchand sourit en montrant ses dents non entretenues et prononça avec force : « Que puis-je pour vous servir Damoiselle Cydra ? » La Magicienne répondit sans la moindre hésitation en pointant de son index le répulsif à Sylphoméde. « Je peux avoir ça ? » Du tac au tac, l’homme frappa dans ses mains et dit de façon enjouée : « Très bon choix Damoiselle Cydra ! Pour vous, c’est gratuit, c’est cadeau ! » dit-il avant de tendre la petite breloque en cuivre à l’apprentie de Leofhelm. Cydra sourit aimablement et rangea l’objet dans sa petite sacoche d’herboriste et sortit de cette même sacoche une pièce en or qu’elle déposait dans le creux de la main du marchand. Elle s’approcha de lui et lui fit un clin d’œil avant de lui murmurer de sa douce voix : « C’est pour vous mon bon Monsieur, c’est cadeau ! »

***

Malheureusement pour la Magicienne, le répulsif n’eut pas l’effet escompté. Au lieu de repousser les petits moutons roses trop mignons, ce répulsif semblait les poussés à une vive colère. Un puis deux puis trois, puis tout un troupeau de moutons se mit à pourchasser Cydra avec rage. Au moins, elle avait réussie à récupérer la plante qu’elle était venue chercher dans les montagnes. Soudainement, alors qu’elle courait comme une dératée pour échapper aux moutons, dévalant les pentes de la montagne à toute vitesse en essayant de ne pas se trébuchée (tomber à terre signerait le début d’un bon broutage en règle) elle vit un voyageur devant elle. Ne pouvant plus s’arrêtée de courir à cause de l’élan, elle cria avec puissance : « ECARTEZ-VOUS !!! » avant de tomber sur l’homme dont elle n’avait même pas eu le temps d’observer les traits. Sa main droite se posa sur sa poitrine et sans le faire exprès la Magicienne téléportait les deux personnages sur la Terre.

Ils réapparurent quelques instants plus tard dans une petite pièce où il faisait sombre au point de ne presque rien voir. Imbriqués l’uns dans l’autres, les mouvements étaient pratiquement impossibles. Cydra grogna : « Merde... »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cookie trop cuit
Messages : 37
Cookies : 75
Date d'inscription : 22/12/2017
Sam 23 Déc - 19:21
feat. Cydra & Viktor


La neige, toujours la neige à perte de vue, bienvenue en montagne, Viktor n’a rien contre la montagne, bien au contraire, c’est un merveilleux mélange de forêt et de roc, de pic et de précipice, bref un paysage magnifique, oui en été, pas cette foutu neige vient gâcher le paysage… Oh bien entendu il y a ceux qui dise que c’est merveilleux ce manteau blanc qui tombe comme un linceul unique sur les arbres, puis ces derniers remontent à cheval pour retourner dans leur maison, quand on vie dehors avec une tente qui n’est plus vraiment isolé vu le nombre de trou qu’elle comporte c’est une autre histoire ! Sans oublier que la nourriture se fait rare et que le moindre bruit suspect rend la chasse presque impossible… Le loup blanc sait parfaitement qu’il lui reste la solution de manger sa monture en cas d’extrême urgence, il n’a pas les moyens de s’en payer une autre cependant.

Mais que peut bien venir faire ici le chasseur ? Trouver une fleure qui ne pousse qu’en haut de cette montagne, d’un blanc unique avec un liseré bleu, d’après le client elle serait le seul remède pour la maladie de sa femme, Viktor trouvait que la paie était très généreuse pour une simple cueillette, oh bien entendu il savait que le danger était simplement le froid, mais étant Lycan le froid ne l’affecte pas vraiment. L’homme aux cheveux blancs finit par arriver dans la zone où ce situe cette plante, il le savait car rien n’était naturel désormais, le climat se changeait net en quelque chose de printanier, en un pas on passe de la neige à de l’herbe bien verte et fraiche, la monture ne résista pas longtemps pour venir brouter le sol… Le loup blanc hocha la tête doucement en voyant justement la jument manger, un peu plus loin se trouvait un ruisseau qui coulait avant de geler net… A pied le chasseur continua, il roula sa cape en fourrure dans un rangement sur la selle avant de remonter ses deux épées avec pommeau à tête de loup dans son dos, il en profita pour accrocher ses cheveux en queue de cheval masculine son armure en cuir clouté sombre qui cache d’autre outils meurtriers laisse rien entendre.

Doucement Viktor avança vers la plaine qui semblait abriter la fameuse plante, et oui en plein milieu se trouvait l’unique fleure qui semblait produire ce climat, ni une ni deux le loup blanc prend sa tige entre son pouce pour la couper et la mettre dans une sorte de fiole prévu à cet effet. et de suite la température chuta net… Mais ses sens s’agitèrent pour autre chose, des bruits de pas suivit de galop, au souffle il reconnu une femme et des bruit comme des moutons, sa première pensée fut de se dire qu’une fermière vient faire brouter ses animaux et qu’elle allait l’engueuler d’avoir prit cette fleure… Mais non, elle hurla de s’écarter avant de la voir tomber contre son torse… Puis … Pouf… Cette horrible sensation de flottement, de déplacement alors que rien ne bouge, de son estomac qui se noue… Il vient de se faire téléreporter sur une énorme distance…

Lorsqu’il ouvrit les yeux il était dans une position fort agréable contre cette inconnue, lui il voyait non pas parfaitement mais ses yeux plongèrent sur le corps de la jeune avant de se rentre compte qu’il avait une main sur ses fesses et une autre sur sa poitrine et il la tenait en hauteur contre sa virilité… En d’autre circonstance ça l’aurait amusé de se cacher des gardes d’une ville avec une autre fugitive et profiter de ce moment avec elle, mais là… Elle l’a téléporté dans un lieu étrange, il y a plein de monde d’après ce que lui dise ses sens, sa main au niveau de ses fesses vient à la soulever pour la poser sur une sorte de petit escalier en métal ?

 
— Chut pas un bruit.

Murmure-t-il de sa voix inquiétante en sortant une petite fiole fluorescente bleu, après un petit moment il reprit sa respiration, ses yeux jaunes fendu se plantèrent dans les yeux de la magicienne, oh oui il avait envie de l’étrangler, mais le doute pèse, était-ce un accident ou un piège ? Il était impossible pour lui de bouger plus que ça ses bras pour vérifier ses armes, ses sens lui indique qu’il y a beaucoup de passage devant la porte et quelqu’un vient venir l’ouvrir… Un vieux monsieur tout de vert vêtu

— Ah non ! Pas ici les tourtereaux ! moi j’ai un travail et j’dois déjà nettoyer les conneries des autres cosplayers ! Alors non sortez d’ici vous ferez ça chez vous !

Viktor se fait attraper et tirer mais ne bouge pas, il grogna d’un air mauvais avant de voir qu’il ne connaissait absolument les odeurs ou les bruits ambiants… après un soupire il esquissa un sourire mauvais et attrapa sa « compagne » par la main qu’il serra avec force pour la tirer avec lui dehors du lieu au nom étrange « cagibi » un lieu de sorcellerie ? une fois seul avec elle il la relâche en la gardant à l’oeil avant de demander de sa voix toujours particulière.

— J’ai tellement de question, mais on va commencer par la première… Tu m’as téléporté où sorcière ?

Le chasseur soupira d’inquiétude en voyant des gens habillés de façon étranges, des gens avec des déguisements d’orc… Il pense être dans un regroupement de nécromant, de mage noir et tout autre saloperie…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cookie dough
Messages : 15
Cookies : 7
Date d'inscription : 19/12/2017
Age : 19
Localisation : Qui sait ?
Dim 24 Déc - 3:36

Syljen
Cydra

Andrzejtziack
Viktor

「 Convention Cosplay 」
Les téléportations faites sans précipitation et dans les règles étaient confortables et précises, mais cette fois-ci c’était les fortes émotions et la détresse de la Magicienne qui téléportèrent les deux voyageurs sur la Terre ; une téléportation peu précise et très désagréable, bien qu’extrêmement rapide. Eprouvant les symptômes courant de la téléportation rapide, nausées, maux de ventres, engourdissements, Cydra avait quelques difficultés à retrouver ses moyens.

La sorcière se mouvait guidée par ses réflexes sans prêter attention aux petites invitées maladroites qui parcouraient ses courbes moelleuses et féminines. Ce n’était pas le moment de réprimander l’inconnu d’autant plus qu’il ne le faisait certainement pas exprès et puis peut-être même qu’elle touchait aussi un endroit sensible ? Ses deux rubis dans les pièces d’or du malchanceux, l’apprentie eut un mouvement instinctif de recul en étant effrayée par son regard de prédateur tandis que ce dernier la soulevait par les fesses en lui demandant de se taire afin de la posée sur une petite escabelle métallique comme s’il espérait la protégée. Très bien instruite, Cydra avait déjà compris qu’ils étaient sur Terre, mais c’était la première fois qu’elle s’y rendait en personne et elle redoutait la suite parce qu’elle se souvenait du livre de son Maître qui regroupait ses connaissances sur les autochtones Terriens, aussi les décrivaient-il comme des sauvages irrespectueux de la nature et des ainés.

Lorsque la porte s’ouvrit et que les rayons de lumières pénétrèrent la pièce, Cydra  fermi son œil gauche et plaça ses deux mains devant elle afin de se protégée du soudain éblouissement venu d’en haut et de devant alors que le soleil n’était guère présent et qu’elle ne sentait pas non plus l’odeur de la cire des bougies, pour sa plus grande stupeur. Comment était-ce possible ? Dans ses haillons verts, le vieil homme bridé jaugea les deux aventuriers incongrus qui s’étaient introduit chez lui. La charmeuse ésotérique écoutait avec attention l’humain alors que son visage se déformait peu à peu sous l’incompréhension. L’arcaniste mit son pouce dans sa bouche et se le mordillait légèrement tout en réfléchissant à ce qu’il venait de dire ; déchiffrer le Terrien était un vrai labyrinthe intellectuel dans lequel même les plus éminents érudits d’Hétélia n’osaient s’aventurer et pourtant cela ne faisait aucunement peur à l’apprentie Magicienne, au contraire, cela l’excitait grandement.

Soudainement tirée de son intense réflexion par une main musclée, marquée par le travail et l’entraînement, Cydra manqua de se retrouvée face contre sol tant la traction fut puissante, au point d’entendre un petit crac indolore aux emplacements de son épaule droite et de ses phalanges. Les deux plaisantins sortis du cabinet, l’homme en vert rentrait dans la pièce en claquant la porte tandis que Cydra sursautait au bruit, apeurée et perdue, n’ayant pas le temps de réfléchir et d’analyser la situation. Ses entrailles se nouaient sous la pression et l’angoisse de ne plus rien contrôler, elle avait l’étrange impression que le sol se dérobait sous ses pieds et qu’elle entamait une longue chute, la chute qui conduisait à l’ignorance.

Libérée de l’étreinte de l’inconnu, la Lieutenant secoua la tête et resserra tour à tour les deux nœuds qui tenaient ses deux couettes puis elle passa ses doigts sur le tissu qui cachait ses seins, ses fesses et enfin sur son collant afin d’épousseter sa tenue. L’homme s’impatientait peut-être, mais c’était le cadet des soucis de la Magicienne qui levait son index, le gratifiant d’un geste afin qu’il comprenne qu’il devait attendre que la Demoiselle soit présentable. Elle plia son genou gauche en s’appuyant sur un mur et termina l’opération apprêtage en ajustant sa chaussure à talon. L’apprentie déposa ses mains au niveau de ses hanches puis elle sourit amicalement à l’homme, levant la tête afin que son regard de braise puisse atteindre les yeux fendus de son interlocuteur. Elle détailla rapidement, de haut en bas puis de bas en haut, le physique de l’homme afin de se faire une idée du personnage qui lui faisait face. Cydra répondit sobrement sans être hautaine, méfiante ou agressive.

« Enchantée de te connaître ravissant inconnu. »

Un bête compliment visant à instaurer un climat de confiance entre elle et lui.

« Cydra Syljen, Lieutenant de la Garde Royale d’Hétélia. A qui ai-je l’honneur ? »

La prétendue sorcière recula et joint ses mains derrière sa tête en s’adossant contre le mur le plus proche. De son allure détendue et presque nonchalante, elle remontait son pied droit, la plante de son pied touchant le mur. Elle croisa ses bras sous sa poitrine la rehaussant par la même occasion, puis continua en soupirant d’agacement alors que cette fois-ci elle murmurait afin que personne ne puisse les entendre.

« Nous sommes sur Terre, un autre monde du notre. Nous devons restés discrets car personne ne doit savoir que nous ne venons pas d’ici. Je n’ai pas fait exprès de nous téléporter aussi loin et je m’excuse d’avance pour tous les problèmes que je vais te causer le temps que l’on puisse retourner chez nous. Dans quelques heures je pourrai nous téléporter en Hétélia, mais en attendant j’aimerai bien étudier ce monde dans lequel nous venons d’atterrir. Je pense que tu n’as pas le choix de rester avec moi et sachant que je suis ton seul moyen de retour, je te conseil de me protégée du danger. »

La petite futée aurait pu les téléportés déjà maintenant, mais ce ne serait pas marrant et ludique. Cydra voulait s’amusée et apprendre. Elle se redressa et fit passer sa petite tête à travers l’interstice qu’offrait la porte mi-ouverte qui semblait donner dans une immense salle éclairée et remplies de petites têtes bridées et autres. La Magicienne se mit à caresser pensivement une barbe inexistante puis elle déclara gaiement à son compagnon.

« Allons voir tout ça de plus près ! »

Cydra se souvenait aussi avoir lu dans le livre de Leofhelm, son Maître et grand-père, que les humains n’étaient pas dangereux du fait qu’ils ne savent à priori pas se battre. Au moins, une certitude demeurait ; ils ne savaient pas pour la magie. Ainsi la jeune adulte n’avait aucunement peur de ce qu’elle voyait bien qu’elle était perturbée par les peaux-vertes, oreilles pointues et autres joyeusetés.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cookie trop cuit
Messages : 37
Cookies : 75
Date d'inscription : 22/12/2017
Lun 25 Déc - 23:25
Le chasseur ne s’attendait pas vraiment à la réaction de l’inconnu, ce dernier lui demande des informations et au lieu de répondre elle préfère se retirer pour se mettre en beauté, en un sens le loup blanc avait croisé beaucoup de sorcière et rares sont celles qui ignorent la magie de leur corps, puis oui ça fait partie du charme mystérieux des sorcières qu’il aime temps, il vient à croiser ses bras sur son torse et l’observe donc sans en manquer une miette, si elle souhaitait ne pas être observé elle se serait caché dans tous les cas et oui, il en ferait bien son quatre heures mais il reste impassible du regard étant habitué à lui aussi se faire détailler des yeux, mais rarement pour la même raison qu’il vient de faire lui même.

Lorsqu’elle mit sa machine à parlotte de magicienne en route, Viktor vient à s’appuyer contre un mur en une manufacture inconnue mais très résistante, il vient à sourire lorsqu’elle vient lui dire non pas qu’il ravissant, mais qu’elle était enchantée de le rencontrer, elle était enchantée de quoi ? Qu’il ne vient pas à la massacrer pour sa téléportation abusive ? De ne pas la violer car il a la gueule de l’emploi? Ou tout simplement de l’avoir attendu ? Non il sait bien que c’est une marque de politesse. Mais ce bref sourire disparait subitement lorsqu’elle lui avoue sa profession.. La garde Royale, lieutenant en plus ? Elle l’avait donc piégé… Les ombres de la garde et lui on un lourd passif, n’ayant jamais prêté allégeance tout débuta de ça… Etait-elle aussi là pour tenter de le tuer, il se sentirait véritablement ridicule de s’être fait aussi facilement avoir dans ce cas… Il la regarde alors dans son éternel silence la voir se poser à coté de lui, il n’était pas véritablement très doué pour ce qui est de faire connaissance sans croiser le fer… Oui elle semblait attendre sa réponse mais elle ne vient pas, donc elle continua de parler tel la sorcière qu’elle est suite à un soupire d’agacement facilement reconnaissable… Déjà que Viktor est pâle, là il est blanc comme un cul ! La Terre, ils sont sur Terre, avec les humains sans magie et que la seule façon de partir c’est dans quelques heures… Il soupira avant de lâcher une injure nerveusement, il savait que les humains dans son monde la nature de s’entre tuer, un monde peuplé exclusivement d’humain, ou presque en majorité, doit vraiment être l’enfer. Elle n’avait pas besoin de remuer le couteau dans la plaie, il savait qu’elle serait sa seule échappatoire mais comme pour vérifier ses intentions il lui répond lorsqu’elle se mit en route pour aller voir la foule…

— Très bien je te suis… Je suis Viktor Andrzejtziack, chasseur de monstre, les tiens m’appelle « Loup Blanc » de façon très originale et recherchée… Mais je présume que tu le sais déjà…

A la suite de ça il vient à se taire, sa voix grave et dérangeante ne résonna pas dans la salle longtemps, ils entrèrent donc dans le monde étrange de la Terre, mais… Ce n’était pas exactement ceux à quoi il s’attendait, Viktor était largement plus grand que tout le monde dans la foule… OUI LA FOULE, il y a un monde de dingue, et chose étonnante, il y a des gens habillé de façon… Original diront nous, des armures légère qui semble se brosser au moindre contact, des orcs qui ne sont pas orcs mais qui sont en réalité des humains déguisés… Plein de lumière et de mur avec des images, des flashs partout, des gens avec des cordes au cou qui semble être très cher, d’autre avec juste des ficelles sur le corps… Oui ça il a bien vu, mais au vu de sa dégaine il attirait les regards pensait-il ou alors c’était sa lieutenante qui marche devant lui? Qu’importe, beaucoup de monde les observait et s’il avait le temps il sait qu’il aurait pu s’amuser avec deux femmes plantureuses qui semblait adorer son « Cosplay », il ne répondit que d’un sourire sans ce rendre compte qu’elles ont eu peur en réalité de ses yeux, d’ailleurs il remarque à l’instant même que la jeune femme devant lui à elle aussi des yeux uniques, chose amusante… Petit à petit il comprit que le lieu était un événement particulier, des gens chantent, d’autre dansent, lui il n’a pas besoin de sauter pour voir ce qu’il se passe ici, qui aurait cru que les humains de l’autre monde étaient si petit. Puis vient le moment des gens avec leur chose qui flash s’approcher de la jeune femme pour demander de prendre des « photos » ? Qu’est-ce cette magie encore ? Mais il devait la protéger sans vraiment comprendre il grogna légèrement en posant sa main sur son épée … Ils l’ignoraient totalement… Le loup blanc soupira et en demandant vraiment quel était ce monde…
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cookie dough
Messages : 15
Cookies : 7
Date d'inscription : 19/12/2017
Age : 19
Localisation : Qui sait ?
Mer 10 Jan - 21:30

Syljen
Cydra

Andrzejtziack
Viktor

「 Convention Cosplay 」
Mais quel était ce nom barbare et imprononçable que voilà ? Viktor ... « Andzerjak, Andernak, Andsejetezack »...La sorcière avait déjà oublié la suite alors que l’homme venait seulement de finir de décliner son identité. La lieutenante n’était guère une amatrice de surnoms et de railleries, mais dans ce cas-ci elle comprenait parfaitement pourquoi les gueux préféraient le nommé Loup Blanc plutôt que par son nom surtout lorsque l’on sait que la plupart ne savent ni lire ni écrire. Elle continuait de marmonner pensivement un charabia incompréhensible qui résultait de son incapacité à articuler les syllabes du patronyme du mercenaire, son regard était plongé dans le vide tant elle ne faisait plus attention à rien. En remarquant indubitablement qu’elle était incapable de réaliser une telle prouesse, l’amie de la Princesse se retournait vers le chasseur de monstre en arborant un faux sourire, son visage devenait rouge à cause de la honte tandis qu’elle écartait péniblement les lèvres comme si celles-ci portaient tous les fardeaux du monde.

« Non, je ne te connaissais pas Viktor Andzazer, Aaarrrzaaa, zeee, eeeh...Si je t’appelle Loup Blanc ça ira j’imagine ? Ou même disons LB, ce sera encore plus facile comme ça ! »

Puis finalement les deux êtres venus d’un autre monde passèrent la porte afin d’entrer dans une nouvelle dimension qu’ils ne connaissaient absolument pas ! Cydra ouvrit sa petite sacoche qu’elle trainait toujours avec elle et en sortit un carnet ainsi qu’une plume magique qui permettait d’écrire sans encre afin de pouvoir prendre des notes. Attentive aux musiques, aux danses, aux discussions, aux costumes, aux écrans et à tout ce qui était digne de recevoir sa modeste attention, la sorcière se mettait à décrire ce qu’elle voyait tout en dessinant des petits croquis. Par exemple, elle remarqua qu’il y avait des étranges carrés technologiques permettant de diffuser des images en couleurs ou encore des tubes qui permettaient d’augmenter la portée vocale de ceux qui mettaient leurs bouches tout près de ce qui pouvait ressembler au gland d’un sexe d’homme dans l’imaginaire de la magicienne.

Pimpante comme un coucher de soleil, charmante comme une princesse et aussi extravagante qu’un chapelier fou, il était tout à fait naturel et prévisible que la gente masculine soit autant attiré par une plante aussi exquise et dénudée de pétales. Tirée de ses pensées érudites par les badauds qui s’affairaient autour du duo, Cydra relevait son regard écarlate afin de répondre aux étrangers qui lui demandaient un peu de son temps pour faire des photos. Grognon, dans un premier temps la Lieutenant voulait réprimander les malotrus, pourtant un sourire radieux se dessinait sur son visage tandis qu’elle rangeait son carnet et sa plume dans son sac. Plutôt que de faire son asociale et de rejeter une belle occasion de s’instruire sur la Terre, il était préférable de pactiser avec les autochtones afin d’en savoir plus sur eux et leurs cultures.

L’hétélienne fut surprise de prendre plaisir à prendre la pose pour les personnes qui venaient la visée avec leurs instruments photographiques. Bombant parfois les fesses, cambrant son dos pour faire ressortir sa poitrine, déplaçant ses phalanges sur ses courbes et dans sa chevelure, une queue de plus en plus longue se formait devant les deux de l’autre monde. Les complimentassions sur leurs cosplays d’une certaine Ishtar et d’un certain Geralt de Riv, sur la beauté de Cydra ou encore la virilité du Loup Blanc fusaient autant que les remerciements. Parfois, elle prenait Viktor près d’elle à la demande des humains afin de faire une photo plus complète, elle invitait l’homme à l’enlacée par les hanches ou par les épaules...Finalement la séance photo prit fin sous décision de la magicienne qui commençait à se lassée de ce petit jeux.

« Alors Geralt de Riv, que penses-tu de la Terre ? »

Faisait-elle en le prenant par la main pour le guider vers un stand sur The Witcher 3. La femme pointa du doigt le dessin de Viktor ou du dit Geralt de Riv, au choix.

« Tu as vu Viktor ! On dirait vraiment toi ?! »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Et à part ça ? :: Ils étaient parmi nous-