:: Il était une fois ... :: Les petits papiers :: Histoire du soir Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Précision sur l'histoire du monde d'en haut

avatar
Cookie trop cuit
Messages : 74
Cookies : 71
Date d'inscription : 24/10/2017
Mer 13 Déc - 1:13
 

Les livres de contes de fées sont toujours remplis de choses merveilleuses. Des princesses délivrées par des princes sur leurs fidèles destriers prêts à combattre dragons et sorcières pour secourir leurs demoiselles en détresse. Ca, c’est la version que l’on s’évertue à vous faire croire depuis des siècles, mais la réalité est tout autre et je vais vous la conter aujourd’hui. Installez-vous confortablement dans vos sièges, prenez une boisson chaude et un plaid et écoutez attentivement mes paroles.

Il existe vraiment un monde magique très loin d’ici. Si vous êtes ici, c’est que l’histoire que j’ai raconté à ma fille l’autre soir vous a interpellé. Il est évident que je n’ai pas été précise étant donné que ce n’est qu’une enfant, mais je consens à vous l’expliquer, comme je le ferais à un adulte. Je vais remonter il y a bien longtemps, avant même que le calendrier ne soit créé, ou même que le roi ne soit sur le trône. L’herbe grasse ondulait au grès du vent, le soleil faisait éclater les brins de blé comme des champs d’or et l’eau qui coulait dans le fleuve semblait être constitué de millier de diamants lorsque les rayons du soleil se reflétaient à la surface. La vie était paisible et chacun vivait modestement, mais était heureux, rien au monde ne pouvait venir troubler cette sérénité.

Ah si, peut être une chose. Le chaos. Une ombre si noir que même la nuit semblait lumineuse à côté, une sensation de malheur et de douleur aussi puissante que la perte d’un être cher et une intelligence redoutable, qui sert une bien mauvaise cause. Peu de gens ont vu le chaos dans leurs vie, certains disent qu’elle n’est qu’un écran de fumé, qui se faufile partout et vous pourrit de l’intérieur, d’autres diront qu’il s’agit d’un démon qui peut prendre la forme de vos pires cauchemars. Personnellement, je dirais juste que si vous avez le temps de précisément voir à quoi il ressemble réellement, il est déjà trop tard pour vous.

Aussi belle qu’est la prairie, les champs ou le fleuve, aussi affreux, désolé et terrifiant est le territoire du chaos. Mais le chaos n’en avait pas assez, il voulait avoir le monde entier, toutes les terres chaleureuses, grasses et fertiles devaient pourrir et lui appartenir. Il prévoyait de commencer une guerre, seulement, il lui était impossible de quitter la grotte par lui-même, c’est la raison pour laquelle il décida de créer une armée. Pas n’importe quelle armée, il corrompt des magiciens qui invoquent des morts. Ils vinrent dans le monde d’en haut à l’aide d’un portail créer par le Chaos, dans la forêt qui borde la prairie. Au début des centaines, puis des milliers, ils étaient de plus en plus nombreux et l’avenir de ce monde semblait très incertains. L’histoire aurait pu finir ainsi, le monde d’en haut aurait pu sombrer dans le malheur et le désespoir, mais il en fut autrement. Les dieux, décidèrent de prendre les choses en main, ils choisirent un homme sur terre et en firent un demi-dieu dans le but de sauver le monde des mains du chaos. Cet homme, un homme comme les autres qui avait sa ferme et ses terres dans les champs mis du temps à comprendre ce qui lui arrivait, il faut dire que ça doit surprendre de se faire contacter par les dieux pour sauver la planète, de quoi se dire que l’on deviens fou.

Pourtant, il accepta. Il s’appelait Orion, un homme grand au cheveu brun à la carrure épaisse. Il en imposait, il avait ce statut de meneur qui imposait le respect chez beaucoup de personne. Sont statut de demi-dieux lui avait donné des pouvoirs, une force exceptionnelle et une longévité tout aussi incroyable. Il fallut à Orion plusieurs semaines pour commencer à convaincre les hommes d’Hétélia qu’il ne mentait pas à coup de démonstration de force et de moral. Après tout que leur restaient-ils comme solution ? Ce résigner et mourir ou se battre et peut être mourir, le choix fut vite fait.

Ils se préparèrent comme ils le purent, ce battant avec ce qu’ils trouvaient. Les techniques étaient sommaires, tout comme les armes et leurs protections en réalités, ils étaient eux même sommaire. La bataille fut longue et rude et les dieux durent donner un coup de main aux êtres qui étaient partis se battre pour le bien de leurs mondes. De toutes les races, de tout les clans, les habitants d’Hétélia avaient unis leurs forces et avaient triomphés.
Comme dans toute bataille, il y eu des pertes ce jour-là. De nombreuses pertes qui restèrent gravées dans toutes les mémoires. Au centre de la ville, un grand monument ce dresse, rendant hommage aux nombreux combattants qui trouvèrent la mort ce jour-là.

Sur décision de tous, l’homme qui avait mené cette guerre fut nommé roi d’Hétélia. L’ordre et le fait d’avoir un homme qui gère le pays ne pouvant que conforter les habitants dans l’idée qu’une catastrophe pareille ne se reproduirait plus jamais. Depuis ce jour, le même jour ou le roi fut couronné, le premier calendrier fut créé. Le jour 1 du premier l’été.


43e jour du 19e hiver :

La vie a bien évolué a Hétélia également, les années ont passé, le roi s'est marié et a eu la chance d’avoir deux enfants. La vie était redevenue paisible, les gens avaient pris l’habitude de vivre sous la royauté et semblaient même plutôt heureux des changements engendrés par la prise de pouvoir du Roi.

Les cris de la princesse qui venait de naître emplirent le château. Le roi paraissait anxieux et joyeux à la fois, il était fou de joie. Il avait déjà un descendant et maintenant une petite fille venait compléter sa petite famille. C’est ce qu’il aurait dû se passer, mais la joie fut de courte durée. Les cris de la petite princesse furent couvert par des chuchotements, des pas rapides et des allés et venus entre la chambre de la reine et la salle de bain devenaient inquiétants. Un des médecins sortit deux heures plus tard avec un air grave. La reine avait perdu la vie en couche.
Le roi ressentait la douleur, une douleur si foudroyante qu’il en tomba presque à genoux au sol. Il venait de perdre le sens de sa vie, la femme qui le maintenait debout chaque jour et ce qui lui permettait d’avancer.


17e jour du 20e printemps :

Le roi ne sors plus de sa chambre depuis des semaines maintenant, laissant au conseiller le soin de gérer ses affaires importante. Il ne sort plus, ne mange presque plus et ne va pas voir sa fille ni son fils, il n’a d’ailleurs jamais jeté un seul regard à la petite, celle qui lui avait enlevé sa femme. La servante amenait le plateau de repas au roi comme tous les jours lorsqu’un cri se fit entendre. Un bruit de verre, un cri. Les gardes arrivèrent en courant.
Le roi était étendu sur le lit, ses bras ballant et son corps figé dans une expression de douleur. Il avait laissé une lettre à son fils pour lui expliquer ainsi que des excuses, rien d’autre, rien qui ne pourrait expliquer comment il était mort. Aurait-il pu se suicider ? Les plus proches du roi ne pouvaient le croire, il s’agissait là d’un coup monté et le principal suspect était **** le principal conseiller du roi, qui avait très souvent montré sa soif de pouvoir dès que le roi avait pris le pouvoir.

La ville fut en deuil durant des semaines, après la cérémonie funéraire. Le prince ne montrait aucune émotion du haut de ses 10 ans, tenant la petite princesse dans ses bras. Il n’en était pas moins dévasté par ce qui venait d’arriver. Il venait de perdre son père et sa mère en quelques mois et sa sœur cadette n’avait plus ni père ni mère. Il était le seul sur qui elle pouvait compter à présent et il ferait tout pour qu’elle n’ait jamais à s’inquiéter de rien.

Suite à ce terrible événement, et comme par hasard, ce fut le premier conseiller qui pris la place du roi le temps que le prince ne puisse monter sur le trône
.

62e jour du 30e été :

Des soldats du royaume en patrouillent tombèrent sur le portail. Recouvert d’une épaisse couche de mousse, mais toujours en activité. Il n’était pas scellé, et si les dieux ne l’avaient pas scellé, c’est certainement qu’il y avait une bonne raison. Ils ne ramenèrent pas le miroir au palais, le conseiller préférant le laisser cacher dans la forêt, là ou il était depuis tout ce temps. Au lieu de ça, il s’en servit pour faire aller des soldats infiltrés dans l’autre monde, découvrir ce qui se cachait plus bas.

Avec le temps, les habitants du monde d’en haut découvrirent petit à petit ce passage leur permettant de visiter la terre à condition de passer inaperçue. C’était la règle instaurée par la garde royale pour les laisser passer.


“Nous n’avons qu’une liberté : la liberté de nous battre pour la conquérir ...”
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1

Sauter vers :
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Il était une fois ... :: Les petits papiers :: Histoire du soir-